076 561 58 60 contact@atmos.ch

Réel enjeu de santé publique, la douleur chronique concerne environ 30% de la population. Elle joue le rôle de signal d’alarme pour le corps, elle sert à repérer une agression et permet à l’organisme de se protéger. Lorsqu’on parle de douleur chronique, c’est quand celle-ci persiste sur une période dépassant six mois ; le mécanisme d’alarme du corps n’est alors plus justifié et la douleur devient une maladie à part entière. Elle peut être responsable de dépressions, d’absentéisme et de perte d’emplois. C’est pourquoi la prise en compte de la douleur dans ses dimensions physiques et psychologiques et le soulagement de la souffrance doivent être une préoccupation constante de tous les thérapeutes. Le « focus » doit bien sûr se faire sur l’analgésie, avec les médicaments nécessaires, mais pas uniquement. La douleur est une problématique bien plus complexe et il convient d’y inclure une approche de médecine complémentaire, en accompagnant le patient dans ses réflexions et ses choix thérapeutiques.
Voir le site de réflexologie à Gland

Mieux comprendre la réflexologie

Afin de mieux comprendre l’utilité du massage des zones réflexes des pieds pour notre problématique, il faut tout d’abord comprendre le cheminement de la douleur. Notre corps dispose de récepteurs superficiels à la douleur qui se trouvent sur la peau et les muqueuses tandis que d’autres récepteurs liés à la sensibilité profonde se logent dans les organes, les os et les articulations. Quand ces récepteurs sont stimulés par une agression et suivant le seuil, l’information douloureuse est envoyée sur les nerfs sensitifs et converge vers la moelle épinière. Ensuite, l’influx nerveux qui transporte l’information douloureuse remonte vers le tronc cérébral et ces influx nociceptifs sont décodés par le thalamus (structure du tronc cérébral). Chaque thalamus (un de chaque côté) transforme ces influx en une information compréhensible par le cerveau. La compréhension que le cerveau a du phénomène, conditionnera la façon qu’il a d’interpréter la douleur.
La tolérance à la douleur varie d’une personne à l’autre en fonction de :
-l’efficacité de la régulation du corps (certaines personnes sécrètent moins d’endorphines que d’autres)
-ses émotions et son état psychologique
-ses croyances et ses valeurs
-son âge (un enfant peut être plus sensible qu’un adulte et inversement).

La méthode de la réflexologie plantaire

La méthode de la réflexologie plantaire prend ici tout son sens, puisque le pied comprend un très grand nombre de récepteurs sensoriels. En appliquant un stimulus sur la zone réflexe correspondante à la zone qui fait mal, les messagers chimiques du corps vont réguler la sensation douloureuse. Par ailleurs, il est reconnu que le massage favorise la sécrétion d’endorphines et celles-ci ont une action analgésique (diminution de la douleur), anxiolytique, elles réduisent l’appétit, la fréquence respiratoire et le stress. La réflexologie prenant en compte les facteurs émotionnels, psychologiques et comportementaux, elle est par conséquent efficiente pour les douleurs simples, neurogènes et psychogènes. La réflexologie plantaire ne remplace en aucun cas un traitement médical, elle est complémentaire à une médecine intégrative.
Voici les types de douleur chronique qui peuvent être soulagées grâce à la réflexologie :
-tout d’abord, la douleur musculosquelettique telles que l’arthrose, les douleurs rhumatismales, les lombalgies par exemple
-la douleur de la tête et du visage, dont les céphalées de tension
-la douleur idiopathique comme la fibromyalgie (maladie principalement caractérisée par des douleurs musculaires et articulaires diffuses, atteinte également du système nerveux central)

-la douleur liée au cancer ou à son traitement.

Concernant le recours à la réflexologie par les patients ayant un suivi oncologique, il s’agit avant tout pour eux d’améliorer la qualité de vie en essayant de diminuer les effets secondaires des traitements d’une chimiothérapie (fatigue, anxiété, nausée). Cette évaluation avait notamment été faite chez un groupe de femme en traitement pour un cancer du sein.

En résumé, la prise en charge de la douleur chronique doit être globale pour le patient, dans ses aspects physiques et psychologiques. Un complément tel que la réflexologie plantaire à la douleur chronique permet de mieux soutenir un patient.
Source de l’article : Massages thérapeutiques à Gland

fr French